Advisement

Dernières Nouvelles

RECENT POSTS


dernière mise à jour le 25 juillet 2017

Le 4e pont de l’Amitié lao-thaïe change la vie des habitants de Bokèo

    

Les effets de l’ouverture du 4e pont de l’Amitié lao-thaïe commencent déjà à se faire sentir  dans la province de Bokèo, notamment avec l’arrivée de nombreux investisseurs lao et étrangers sur le site du complexe commercial et touristique situé à côté du pont. Les produits les plus exportés, notamment vers la Chine,  sont le caoutchouc, la banane et le maïs.  Ce pont stimule la croissance de la province de Bokèo, particulièrement par les exportations. L’agriculture et l’élevage ainsi que d’autres secteurs sont appelés à produire plus. Maintenant, la province est facilement accessible par la Thaïlande et la Chine et inversement,  par la route n° 3 R. Cela contribuera à réduire la pauvreté en stimulant le développement des régions rurales et des régions frontalières, en augmentant les revenus des groupes défavorisés, en procurant du travail aux habitants et en développant le tourisme régional. 72 % des produits exportés étaient des produits agricoles et 18,5 % des produits industriels.

 

>
dernière mise à jour le 25 juillet 2017

Artisanat lao

Le textile :

De nombreux éléments de la culture lao se retrouvent intégrés dans tissages traditionnels, qui sont le plus souvent tissés main, en soie ou en coton de production locale. Beaucoup de ces motifs préfigurent des thèmes religieux ou spirituels. Au premier coup d’œil, les décorations semblent modernes et abstraits mais à y regarder de plus près, on peut y déceler des symboles millénaires : des diamants tantriques qui protègent des esprits malfaisants, des chimères et animaux légendaires tels le lion-éléphant ou le Naga, qui confèrent une signification mystique au labeur des fiers artisans lao. La majorité des femmes lao portent encore quotidiennement la jupe traditionnelle, le sinh. Les jupes avec des motifs plus élaborés, surtout celles en soie, sont réservées pour de grandes occasions comme les festivals ou les cérémonies religieuses.

Le bois : Les plus anciens prototypes d’outils en bois trouvés au Laos sont des bâtons sculptés, découverts dans la province de Champassak dans le sud. On trouve aussi des gourdes, des masques rituels et des idoles dans les provinces de Luang Namtha et de Bokèo dans le nord du pays. De nombreux ustensiles de cuisine en bois sculpté, certains pièges à animaux et bien des métiers à tisser sont encore utilisés quotidiennement, et n’ont guère changés depuis des sicles. Les forêts du Laos regorgent de bois précieux comme le teck, le bois de rose, ou encore le bois tigré, blond et zébré de noir. Vous trouverez meubles et produits artisanaux étonnants faits à partir de ces essences-là.

Le papier Saa : Le papier Saa est réalisé à partir d’écore de mûrier. Il est confectionné à la main et requiert beaucoup de travail. La pulpe est extraite du bois à l’aide d’un pilon et puis trempée dans l’eau. Elle est ensuite passée sur un tamis afin de drainer l’eau. Après avoir séchée en plus plein air, cette pulpe deviendra une mince feuille de papier Saa de couleur blanc cassé  et texture rêche.

>
dernière mise à jour le 25 juillet 2017

Plantations pour élevage d’animaux à Sangthong

Le peuple lao possède des élevages d’animaux modestes tels que : la volaille, le bœuf, buffle… pour subvenir à ses besoins quotidiens. Le peuple lao cultive les herbes nécessaires à l’alimentation animale. L’arrondissement de Santhong est le premier arrondissement de la capitale de Vientiane dont le but est de promouvoir la culture des herbes pour l’élevage des animaux: dont les bœufs et les chèvres…Selon le service de l’Agriculture et des forêts de l’arrondissement de Sangthong l’élevage de ces animaux contribuent harmonieusement à l’économie de la population de Sangthong.

Plus de 22 familles participe à la culture des herbes destinées à l’élevage des animaux à Sangthong.

>
dernière mise à jour le 24 juillet 2017

4 300 milliards de kips nécessaires pour développer toutes les villes du pays d’ici 2020

Pour mettre en œuvre la stratégie de développement des villes du pays, qui concerne l’économie, l’éducation et les activités socioculturelles, le développement des infrastructures et l’amélioration des plans d’urbanisme, le ministère des Travaux publics et des transports estime qu’il faudra plus de 4 000 milliards de kips. Le ministre des Travaux publics et des transports, le Dr Bounchanh Sinthavong, l’a récemment expliqué : « Pour obtenir des villes  propres, durables, vertes, qui soient des centres économiques et culturels, qui permettent aux zones rurales de se développer également et de réduire la pauvreté, nous aurons besoin d’au moins 4,3 milliards de  kips (541 millions de dollars) pour effectuer les travaux nécessaires, en deux  phases : la première phase (2011-2015) nécessite  environ1 700 milliards de kips (216 millions de dollars) ; elle est en cours. Pour la deuxième phase (2016-2020), il faudra environ  2 500 milliards de kips (324 millions de dollars). Tous ces fonds  seront consacrés aux cinq grands travaux et aux 12 projets prioritaires définis pour développer et améliorer l’urbanisme, pour mieux assurer  la sécurité, pour faciliter les relations frontalières avec les pays voisins, pour renforcer les communications dont a besoin l’économie, pour constituer des zones économiques  spécifiques, pour  développer les infrastructures, pour  améliorer  la qualité des techniques de protection urbaine et de préservation de l’environnement, notamment pour l’enlèvement des ordures,  pour mettre en place les moyens des communication et de transport nécessaires, pour développer et gérer la distribution de l’ eau courantes, pour effectuer les travaux sanitaires indispensables, pour former les  fonctionnaires de la région, pour inciter les habitants à participer  au  développement de la ville etc. »

Le développement des infrastructures, notamment des routes et des ponts, est l’un des principaux objectifs auquel s’attache actuellement le gouvernement lao, pour réduire les embouteillages dans les villes et faciliter la circulation ainsi que les  transports des personnes et des marchandises. On peut dire que dans toutes les provinces on est en train de construire  et de rénover des routes. Dans la province de Champassak, par exemple, sont  en cours la rénovation des routes accédant à la frontière cambodgienne ainsi que la construction du pont Nam Xédol 2 ; dans la province de Vientiane, le pont sur la Nam Ngum est en chantier et dans la capitale les routes n° 10, 11et d’autres sont en rénovation, en vue d’améliorer la circulation en ville.

 

>
dernière mise à jour le 24 juillet 2017

Appel aux investissements dans les provinces du Centre du Laos

Une conférence de promotion du commerce, des investissements et du tourisme dans trois provinces du Centre du Laos que sont Savannakhet,  Khammouane  et Borikhamxay a été organisée mercredi 19 juillet dans la mégapole du Sud, par le Centre de promotion du commerce et de l’investissement de Hô Chi Minh-Ville.

«Hô Chi Minh-Ville considère le Laos comme un marché stratégique et potentiel pour renforcer les investissements et le commerce», a souligné Lê Thanh Liêm, vice-président du Comité populaire municipal. Actuellement, 30 entreprises de cette ville opèrent au Laos, avec un capital total de 250 millions de dollars. Lors de la conférence, les investisseurs vietnamiens et les autorités de ces provinces du Laos ont discuté des secteurs d’investissement, ainsi que de l’établissement des relations de coopération dans l’avenir.
Contributions des investisseurs vietnamiens
Savannakhet, frontalière des provinces vietnamiennes de Quang Binh et Quang Tri (Centre), est, avec plus d’un million de personnes, la deuxième ville du Laos par sa population. Actuellement, le Vietnam y dénombre 25 projets d’investissement concentrés dans les secteurs de la culture industrielle, de l’exploitation minière et de l’industrie, avec un capital total de 170 millions de dollars. Le Vietnam est le 3e investisseur étranger dans cette localité. Santiphap Phomvihane, secrétaire et gouverneur de Savannakhet, a apprécié les projets d’investissements vietnamiens qui avaient contribué au développement socio-économique de sa localité. C’est le cas pour la construction des infrastructures, la distribution de bourses aux étudiants du Laos, l’aide aux sinistrés et la création d’emplois.
Savannakhet appelle les investissements dans les infrastructures sous forme de BOT et modèle de partenariat public-privé (PPP).
Parmi eux, citons la construction d’écoles de formation professionnelle, d’hôpitaux modernes, de structures hôtelières et touristiques. De plus, Savannakhet voudrait accueillir des investisseurs pour développer l’agriculture bio, construire des équipements d’irrigation... «Les autorités amélioreront l’environnement de l’investissement, simplifieront les démarches administratives et diminueront les taxes pour attirer les entreprises étrangères», a assuré Santiphap Phomvihane.
La province de Khammoune appelle aussi des investisseurs dans 13 projets concernant le tourisme, l’irrigation, les zones économiques, la production d’engrais...Dans la province de Borikhamxay, les autorités encouragent les investissements dans l’industrie et le commerce, le tourisme et les services, l’agriculture. Cette localité compte devenir en 2030 la porte d’entrée économique du pays et son centre de production d’énergie.

 

>
dernière mise à jour le 24 juillet 2017

Les jeunes de Hô Chi Minh-Ville participent aux activités bénévoles au Laos

Plus de 100 jeunes de Hô Chi Minh-Ville sont allés le 23 juillet au Laos pour déployer des activités volontaires jusqu'au 5 août. Les bénévoles, qui ont participé aux campagnes «Été vert» et «Vacances rouges» dans la ville, seront présents dans les provinces laotiennes d'Attopeu, de Champassak et de Xiengkhouang pour faire de bonnes actions.
Ils soutiendront la construction de deux maisons d'amitié de la jeunesse Vietnam-Laos, coordonnent avec les services de santé pour fournir des examens médicaux et des traitements pour les personnes pauvres, transférer des techniques agricoles et offrir des cadeaux aux étudiants démunis.
Les jeunes de Hô Chi Minh-Ville devraient également aider à construire des terrains de jeux pour enfants, à guider les habitants locaux pour qu'ils utilisent économiquement l'électricité et en toute sécurité, en améliorant le système d'alimentation en électricité et offrir des dons aux familles qui ont contribué à la cause révolutionnaire du Vietnam au Laos. Ils participeront à un large éventail d'activités culturelles, sportives et artistiques avec des jeunes et des résidents locaux pour cultiver l'amitié traditionnelle et la coopération entre le Vietnam et le Laos.
L'événement vise à démontrer le rôle pionnier des jeunes de Hô Chi Minh-Ville pour valoriser l'amitié et la solidarité entre les deux pays, ainsi qu'entre la mégapole économique du Sud et des localités laotiennes.
Ces activités ont une signification spéciale, notamment dans le contexte om les deux pays célèbrent le 55e anniversaire des relations diplomatiques Vietnam-Laos et le 40 e anniversaire de la signature du Traité d'Amitié et de Coopération Vietnam-Laos.-VNA

>
dernière mise à jour le 21 juillet 2017

Les théiers de 400 ans de Phongsaly

La province de Phongsaly, dans le nord du Laos, est très connue  pour sa production de thé et plus particulièrement pour une région possédant des théiers quatre fois centenaire. Ces théiers,  poussés à l’état sauvage dans la forêt  près  village de Komène, à environ 15 kilomètres de la ville de Phongsaly, mesurent plus de six mètres. Les villageois tirant l’essentiel de leur revenu de la vente de ce thé aux qualités gustatives très appréciées des connaisseurs sont obligés d’utiliser des échelles pour le récolter. Plus de 48 000 théiers de 400 ans sont repartis sur superficie de 32 hectares de forêt. Cette région est devenue une attraction touristique gérée par un investisseur chinois. La région du village de Lakxy, dans le district de de Phongsaly, est également très visitée pour ses champs et sa production de thé. La plantation, d’une superficie de  22 hectares, compte 880 000  théiers.           

     

>
dernière mise à jour le 21 juillet 2017

Le Temple Phabath Phonsan

Le temple Phabath Phonsan dans le district de Thaphabath, province de Borikhamxay,  vient d’être déclaré site du patrimoine culturel provincial par les autorités locales.

Ce lieu, proche de la route nationale n° 13 Sud, près du village de Na, est considéré comme sacré car une empreinte du pied du bouddha de 2,4 mètres sur  1,2 mètre, y a été découverte en 1993 par les habitants de la région. Selon la légende, le Bouddha aurait séjourné et pris son repas à cet endroit. C’est pour cette raison qu’un temple, le Vat Phabath et, le stupa Phonsan, ont été érigés autour de cette empreinte. Depuis, chaque année à la mi-janvier, des cérémonies et des fêtes religieuses y sont organisées pour célébrer l’empreinte sacrée. Ce lieu est également connu pour accueillir tous les ans de nombreux pèlerins ainsi que pour la tenue de la fête annuelle des fusées du Naga, au cours  de la pleine lune d’octobre, lorsque de mystérieuses lumières de feu émanent du  Mékong.

 

>
dernière mise à jour le 21 juillet 2017

La cascade de Vanglouang

La cascade de Vanglouang est une destination très agréable, le temps d’une journée ou d’un weekend à partir de la capitale Vientiane. Elle est située seulement à 60 kilomètres au nord de Vientiane, près du  village de Veunkabao dans l’arrondissement de  Pakngum, à environ 7 km de la route 13. C’est un site idéal pour profiter de la nature, nager, pique-niquer et se reposer en toute tranquillité. De chaque  du lit de  la cascade, sont implantés des  cabanons réservés aux pique-niqueurs avec barbecue individuel. Le site de la  cascade de Vanglouang, ouvert sept jours sur sept,  est accessible par la route  et comprend un emplacement parking.  Sur place, des petits stands de nourriture exploités par les habitants des villages voisins attendent les visiteurs. Certains vendent aussi des légumes, des champignons et des pousses de bambou produits localement. Si vous voulez vous régaler dans ce site idyllique, commandez du poulet grillé un plat de poissons, une soupe de bambous et un tam mak houng (salade de papaye verte). L’accès au site, est payant, un droit d’entrée de 20 000 kips par véhicule est exigé et la location des cabanons est de 50 000 kips.

 

>
dernière mise à jour le 21 juillet 2017

Le Laos célèbre ses relations spéciales avec le Vietnam

Le ministère lao de la Défense a solennellement célébré jeudi 20 juillet à Vientiane les 50 ans des relations diplomatiques et les 40 ans du Traité d’amitié et de coopération Vietnam - Laos, soulignant les liens spéciaux qui unissent les deux pays.

>>Célébration des anniversaires des relations Vietnam - Laos en Chine.
>>Le vice-président lao Phankham Viphavanh se rend à Hoà Binh.
>>Des activités pour honorer les relations spéciales Vietnam - Laos.

 

De toutes les relations internationales, rares sont les relations aussi spéciales, durables et fidèles que celles entre le Laos et le Vietnam, a souligné le membre du Bureau politique et ministre lao de la Défense, Chansamone Chanyalath, lors d’une cérémonie à laquelle ont assisté de nombreux officiels.

Adossés à la cordillère Truong Son majestueuse, baignés par les eaux du Mékong, les deux nations font front commun, contre vents et marées, au fil de leur histoire de lutte de libération et d’édification nationales, a-t-il plaidé

Les relations entre les deux pays ont été bâties sur le socle de leur bon voisinage fraternel qui a été prouvée tout au long du processus de lutte contre leurs ennemis communs, a-t-il indiqué, exprimant ses remerciements profonds envers le Parti, l’État et le peuple vietnamiens pour leurs aides précieuses et efficaces accordées au Laos.

Solidarité spéciale et coopération intégrale.

Force est de constater que malgré les évolutions complexes et imprévisibles de la situation mondiale, le Parti, le gouvernement, l’armée et le peuple lao attachent toujours de l’importance au renforcement et à l’enrichissement des relations de coopération entre le Laos et le Vietnam.

Le Parti, l’État, l’armée et le peuple lao persistent toujours à préserver et à promouvoir la tradition de solidarité spéciale et de coopération intégrale avec le Parti, l’État, l’armée et le peuple vietnamiens pour l’éternité des relations entre les deux pays, a-t-il conclu.
Après la cérémonie, le ministre de la Défense, le Général de Division. Chansamone Chanyalath, et l’ambassadeur du Vietnam au Laos, Nguyên Ba Dung, ont coupé la bande inaugurale de l’exposition de photos sur la grande amitié, la solidarité spéciale, l’alliance de combat et la coopération intégrale entre le Laos et le Vietnam. 
VNA/CV

 

>

Guide
Le musée KaysonePhomvihane
Ce musée de construction récente retrace la vie de l’ancien président du pays, KaysonePhomvihane, décédé en 1992. Inauguré en 1995, il permet de suivre les pas de l’ancien dirigeant, porte-drapeau et idéologue de la révolution lao. La simplicité de l’homme et sa modestie transparaissent à travers le montage muséographique qui met notamment en valeur des photos et certains objets lui ayant appartenus. On peut vérifier cette impression à la visite de sa demeure, en face du musée. Au km 6 sur la route du sud.

 

>
Le Musée du Vat Sisaket
Situé en face du musée Ho Prakèo rue Setthathirath, il a les mêmes horaires d’ouverture et est fermé le lundi et les jours fériés. L’entrée est de 5000 kips pour les étrangers et de 2000 kips pour les lao. Ce vat est un paradoxe historique car il est à la fois le plus ancien et le plus récent temple de Vientiane. En effet, il ne fut construit que quelques années avant l’invasion de la ville par les siamois au début XIXe et fut le seul à ne pas être détruit par les envahisseurs. Les travaux de fondation du Vat Sisaket, initiés par Chao Anou, le dernier roi de Vientiane, également connu sous le nom d’Anouvong ; ont commencé très exactement le jeudi 4 1819.

>
Le Vat Xiengthong
Le Vat Xiengthong est un temple bouddhiste lao de l'ancienne capitale royale LuangPrabang. Fondé en 1560 par le roi Setthathirat du Lan Xang, il est généralement considéré comme le plus élégant du pays.L’entrée est de 10 000 kips pour les étrangers et c’est gratuite pour les lao.
Lorsque des Pavillons noirs pillèrent LuangPrabang en 1887, le Vat Xiengthong fut l'un des seuls temples épargnés, car leur chef y avait été bonze dans sa jeunesse.
Situé entre la Nam Khan et le Mékong, il est le centre d'un petit ensemble de bâtiments religieux, comprenant notamment un pavillon pour le char funéraire des anciens rois du Laos. Trèsfréquenté par les touristes, ilest encore en activité.

>
La cascade de Tad Kouang Si est un endroit agréable, situé à environ 30 km au sud-ouest de Luang Prabang. Les plus courageux traverseront la rivière pour continuer à grimper sur la droite des chutes, au travers de la forêt et de ses chants d'oiseaux. On peut même voir des ours en chemin ! Baignade autorisée tout en haut, ou tout en bas, dans les piscines naturelles. Les tarifs d'entrée sont de 10 000 kips pour les lao et 20 000 kips pour les touristes.

>
Le parc de Xiengkhouane. Connu sous le nom de Parc des Bouddhas , il se trouve aubord du Mékong à environ 25 km en aval de Vientiane. Ilréunit un ensemble de statues hindouistes et bouddhistesréalisées par Chan Leua dans les années 50. Les uvressont réalisées en béton armé, certaines d'entre ellesdépassent une longueur (voire une hauteur) de 10 mètres. Le Parc des Bouddhas, route de ThaDeua en direction dupont de l'amitié (frontière lao-thaïe) : ouvert tous les jours de 8 h00 à 18 h00.

>