Dernières Nouvelles

RECENT POSTS


dernière mise à jour le 19 octobre 2017

Les mœurs et les coutumes lao

Nombre de traditions ancestrales sont toujours vivaces, comme les vœux, les mariages, les fêtes annuelles et bien d’autres coutumes. Selon les ancêtres, les mœurs et coutumes lao étaient regroupés en trois catégories différentes. Les mœurs sociales, qui forment la première catégorie, imposent notamment aux enfants de montrer reconnaissance et respect envers leurs parents et donc de s’occuper d’eux jusqu’à la fin de leur vie. De même, les élèves se doivent de respecter leurs professeurs. Les cérémonies traditionnelles constituent la seconde catégorie. Parmi elles, le mariage, le baci, la pendaison de crémaillère ou encore le fait de porter des costumes traditionnels lors des fêtes religieuses. Ces fêtes se déroulent aussi bien dans les villes que dans les régions rurales.

Enfin, la dernière catégorie comprend toutes les coutumes et habitudes de la vie quotidienne, tous les différents comportements depuis la manière de dire bonjour jusqu’aux marques de respect particulières lors d’une conversation. Certaines coutumes sont spécifiques aux paysans qui ont par exemple l’habitude, de pratiquer un baci aux buffles après avoir terminé la culture des champs. Selon leurs croyances, les buffles sont des animaux d’élevage obéissants qui sont d’une grande utilité pour le travail de la terre comme la culture du riz. Pendant la saison des pluies, les paysans des régions éloignées s’en servent pour tirer des charrues, et c’est pour cela qu’après le repiquage du riz, les paysans organisent un baci pour s’excuser auprès du bétail des coups de bâton et de l’âpreté du travail dans les champs. La cérémonie s’accompagne de poulets, de riz, de bougies, de fleurs ainsi que de fils de coton blanc.

Les paysans attachent des fleurs et des bougies aux deux cornes de l’animal et posent des boulettes de riz et de poulet sur sa tête, accessoires que l’animal gardera une fois la cérémonie terminée. D’autre part, les paysans font également un baci pour le grenier contenant du riz, généralement juste après la fin de la récolte. Ils transportent le riz récolté vers le grenier du village pour l’y conserver. Le lendemain, ils préparent fleurs, bougies et alcool pour une cérémonie de baci autour de ce grenier, afin de prier pour que les récoltes ne soient pas épuisées avant la prochaine récolte. En outre, une fête a lieu chaque année à la pagode pour bénir la nouvelle récolte. Chaque famille possédant des champs apporte chacune un sac de 12 kilos de paddy et quelques morceaux de terre prélevés dans leur champ. Les bonzes prient conformément à la tradition, puis les propriétaires rapportent les morceaux de terre pour les reposer à l’endroit où ils les ont pris. Ce rituel a pour but de fertiliser la terre et assurer ainsi de bonnes récoltes lors des années à venir

        

>
dernière mise à jour le 19 octobre 2017

Lao Cotton Company : un savoir-faire ancestral préservé

L’atelier de  Lao Cotton, situé à  Khounta Thong dans l’arrondissement de Sikhottabong,  à Vientiane, est l’atelier officiel de tissage de l’entreprise d’Etat Lao Cotton Company.  Il est dirigé par Mme Chanthone Chanthachith. « Depuis 1996, nous produisons des vêtements traditionnels mais aussi du prêt à porter classique, du linge de maison (nappe, housse, dessus de lit…), des sacs, du tissu à la coupe et d’autres articles, a-t-elle précisé.  Nos produits, en coton naturel, sont très appréciés par les Lao et les étrangers. Notre entreprise est aujourd’hui reconnue internationalement  pour la qualité de son travail. Les pièces produites par les tisserandes de Lao Cotton Company ont obtenu de nombreux prix et récompenses lors de concours d’artisanat. »  L’entreprise d’Etat Lao Cotton Company a été créée  avec le soutien de  l’Organisation des Nations Unies pour le développement (ONU) pour promouvoir la formation des femmes au métier du tissage et préserver un savoir-faire ancestral. 

        

>
dernière mise à jour le 18 octobre 2017

42 ans de modernisation des infrastructures

Depuis 42 ans (1975-2017), le peuple lao a accompli de grandes réalisations dans le développement national sous la direction du Parti et de l’Etat, notamment dans le domaine des communications et des transports. En 1975, le Laos ne possédait aucun pont sur le Mékong et très peu d’infrastructures routières. Depuis diverses améliorations ont été réalisées ; le pays dispose aujourd’hui d’un réseau routier développé, y compris le Corridor économique Est-Ouest, permettant d’accéder aux pays voisins, notamment par l’un des 10 ponts sur le Mékong aujourd’hui en service, et desservant les diverses provinces, districts et villages du pays. La RDP Lao et la Thaïlande ont déjà en commun quatre ponts de l’Amitié lao-thaïe : le premier est situé dans l’arrondissement de Hadxayfong, capitale Vientiane. Il relie la province de Vientiane et la ville de Nongkhaï, en Thaïlande ; le deuxième, relie les villes de Savannakhet (Laos) et de Mukdahan (Thaïlande) ; le troisième  relie la province lao de Khammouane à celle de Nakhon Phanom (Thaïlande) et le quatrième relie  la province lao de Bokèo, à la province thaïlandaise de Chiang Raï. En outre, un cinquième pont de l’Amitié lao-thaïe entre les provinces de Borikhamxay (Laos) et Bung Kan (Thaïlande) est à l’étude. Le pont de l’Amitié  Laos-Myanmar permettant d’accéder port de Kaingtap, dans le district de Thakhilek (Etat Shan), au Myanmar  par la  province de Luang Namtha, est entré en service cette année. Les ponts sur le Mékong reliant les districts et les provinces à l’intérieur du pays sont également au nombre de cinq : 

  • Paksé/Phonthong (Champassak),
  •  Donkhong (Champassak),
  •  Ngeun (Luang Prabang)/Pakbèng (Oudomxay),
  • Nane (Luang Prabang)/Thadeua (Xayaboury),
  • Sanakham (Vientiane)/Paklay (Xayaboury).
>
dernière mise à jour le 18 octobre 2017

Le zoo du village de Keun

La République Démocratique Populaire Lao possède un seul zoo, situé à Ban Keun, dans le district de Thoulakhom, province de Vientiane. Il a abrite une cinquantaine d’espèces animales aquatiques et terrestres : crocodiles, tortues, éléphants, oiseaux, tigres, agoutis, singes, sangliers, gazelles et autres. Ouvert en 1994, le zoo est aujourd’hui géré par la société New Chip Xeng Co., Ltd, qui est aussi dépositaire au Laos de la marque de motos Honda. Elle  emploie une centaine de personnes.

Les animaux les moins dangereux sont maintenus dans des enclos et les autres dans des cages ou des enclos isolés par des fossés infranchissables. La fosse aux crocodiles, surmontée d’une passerelle, offre un spectacle  impressionnant, surtout à l’heure du déjeuner des sauriens. Le zoo propose un parcours animalier sur 35 hectares de jardins luxuriants. Situé à environ 60 kilomètres de la capitale, après le pont du village de  Thangone, il est la destination privilégiée des Vientianais pour les promenades en famille. La route qui y acide est bien entretenue et, sur ses accotements, un grand nombre de petites échoppes proposent des produits locaux.  Le zoo se visite de 8 à 16 heures, au prix unitaire de 10 000 kips pour les adultes et de 5 000 kips pour les enfants.

« Le zoo est très fréquenté quand les gens disposent de congés, explique une employée du zoo, Mme Vanmala Kèomixay. Ils viennent en famille ou en groupe. Il y aussi beaucoup de groupes étrangers, comme les Thaïlandais où les Coréens. Les visiteurs aiment êtres pris en photo avec l’animal de leur choix. Ils peuvent également faire une promenade à dos d’éléphant. La vente d’œufs de crocodile a également beaucoup de succès. »

A l’entrée du zoo, une enfilade de restaurants de grillades proposent, à des prix raisonnables, les meilleurs poulets fermiers du cru (kay ban) ou des poissons frais de la Nam Ngum.

 

>
dernière mise à jour le 18 octobre 2017

Randonnées et promenades en pirogue pour découvrir Phongsaly

La province de Phongsaly, au nord du Laos, possède une multitude de sites du touristiques. L’artisanat des ethnies locales y est très représenté, surtout  le tissage des habits traditionnels  et le tressage d’objets dans divers végétaux. « L’artisanat est une activité importante dans la province, tout comme la pluralité ethnique qui attire beaucoup de voyageur et de chercheurs, a souligné le représentant du service de l’Information, de la culture et du tourisme de la province de Phongsaly, M. Anouvong Kèonakone. La Nam Ou, fleuve qui traverse la province, constitue l’une des sources principales de nourriture des habitants de la région. L’observation du mode de vie des 10 ethnies locales et de la nature sauvage environnante, notamment de la faune est l’une des activités préférées des visiteurs. Pour ce faire, des randonnées découvertes avec des itinéraires variés ainsi que  des promenades en pirogue au fil de la Nam Ou  sont proposées par les services du tourisme de chaque district. »   

 

 

>
dernière mise à jour le 18 octobre 2017

Le café Mèti cherche des partenaires financiers

Mme Ti Kèonamdy, propriétaire de la marque de café  Mèti, cherche des partenaires lao ou étrangers pour développer son entreprise. Elle souhaite investir dans la construction d’une  usine de traitement de café (séchage, torréfaction, conditionnement et stockage)  vers le  kilomètre 19 du district de Bachienchaleunsouk, province de Champassak. Le café Mèti, reconnu pour sa saveur et sa qualité, a obtenu le label ODOP (un district, un produit) attribué par le ministère de l’Industrie et du commerce.  Un tonne de café Mèti est vendue chaque jour dans les marchés de l’ensemble du pays ainsi qu’en Thaïlande. « Je dispose du terrain et d’une marque reconnue, a expliqué Mme Ti Kèonamdy, je souhaite être soutenue financièrement  pour développer davantage la marque de café traditionnel  Mèti. J’invite donc les investisseurs intéressés à me contacter le plus rapidement possible. »   

 

>
dernière mise à jour le 17 octobre 2017

La 4ere session de la 8e législature de l’Assemblée nationale

L’Assemblée nationale (AN) a ouvert la 4ere session de sa 8e législature le 16 octobre (16 octobre – 17 novembre 2017), au centre national de Convention du kilomètre6 à Vientiane, sous la présidence du membre du bureau politique du Comité central du Parti populaire révolutionnaire lao (PPRL), présidente de l’AN, Mme Pany Yathotou, en présence du Secrétaire général du comité exécutif du Comité central du Parti, Président de la RDP Lao, M. Bounnhang Vorachit, du Premier ministre, M. Thongloun Sisoulith, des hauts représentants du gouvernement et des députés. Les députés ont examiné plusieurs questions importantes, notamment le rapport sur le résultat des 8e élections législatives, qu’ils ont approuvé ; le projet d’amélioration des institutions administratives, la gestion des personnels de l’AN, des organisations exécutives, de la Cour populaire suprême, du Parquet populaire suprême; le 8e  plan quinquennal de développement socio-économique (2016-2020) et le budget 2016-2017 ; le plan quinquennal des activités de l’AN; les projets d’amendement à certaines lois et autres….

>
dernière mise à jour le 17 octobre 2017

« Van Sin », le jour du Bouddha

Au Laos, on peut être étonné de voir des Bouddhas dessinés sur les calendriers. Il y en a presque toutes les semaines, à des jours différents. Ces Bouddhas indiquent que le jour concerné est « van sin ». « Van sin » est donc souvent traduit par « le jour du Bouddha ». En fait, il est plus juste de le traduire par « le jour des préceptes », de « van »= jour et « sin»=préceptes.

Origine de la pratique de « van sin : Le Vénérable Ananda était le disciple le plus proche du Bouddha Sakyamuni. Il était toujours près de lui, veillant à l’assister en toutes choses. En cette proximité, c’est très souvent à lui que les disciples laïcs posaient des questions ou présentaient leurs offrandes au Bouddha.En effet, ils craignaient de déranger ce dernier et évitaient donc de s’adresser directement à lui. Un jour, une délégation de laïcs se présenta devant le Vénérable Ananda. Après s’être prosternés et lui avoir exprimé leurs respects, ils lui formulèrent la requête suivante : « Nous, disciples laïcs, sommes conscients de la chance immense que nous avons d’être contemporains du Bouddha, de l’avoir rencontré et de pouvoir entendre et pratiquer ses enseignements. Nous en éprouvons une joie et une reconnaissance infinies. Notre souhait le plus ardent serait de recevoir l’ordination de moine ou de nonne afin de pouvoir parfaitement pratiquer ses enseignements en permanence. Malheureusement, nous sommes liés par nos obligations familiales et sociales qui nous empêchent de recevoir l’ordination. S’il vous plaît, Vénérable Ananda, pourriez-vous demander au Bouddha quelles pratiques il nous préconiserait d’observer pour nous rapprocher au plus près de la condition de moine ou de nonne, tout en continuant à assumer nos responsabilités familiales et sociales ».Le Vénérable Ananda transmit cette requête au Bouddha qui décida ainsi : « D’une part, les disciples laïcs ne peuvent pas recevoir l’ordination monastique en raison de leurs obligations familiales et sociales, d’autre part, ils ont raison de vouloir approfondir leur pratique de la Voie des

>
dernière mise à jour le 17 octobre 2017

Du 18 au 22 octobre - Première course des pirogues au marais de That Luang

 Les autorités de l’arrondissement de Xaysettha organiseront du 18 au 22 octobre prochain la  première course des pirogues  au marais de That Luang de la capitale de Vientiane. 60 pirogues participeront à la course : 9 pirogues traditionnelles à équipage masculin, 6 pirogues modifiées à équipage masculin, 2 pirogues traditionnelles à équipage féminin, 10 pirogues sportives et 33 jet Skis.

L’objectif de l’organisation de cette course a pour but de promouvoir et protéger la culture de la course lao.

La course traditionnelle des pirogues célèbre chaque année la fin du carême bouddhique.

>
dernière mise à jour le 16 octobre 2017

Le Laos va organiser la 5e réunion des ministres  de protection des catastrophes naturelles de l’ASEAN

Le Laos sera l’hôte de la 5e réunion des ministres pour la protection des catastrophes naturelles de l’ASEAN ainsi que des réunions annexes concernées entre le 17-20 octobre prochain à la province de Luang Prabang.

Les participants des pays membres de l’ASEAN discuteront des diverses méthodes de préparations pour la lutte contre les catastrophes naturelles, en particulier le renforcement du contrat de l’ASEAN dans la lutte contre les catastrophes naturelles et la méthode urgence pour la lutte contre ces catastrophe et autres incidents dus aux catastrophes naturelles…. (photo Fact 24.com)

 

 

>

Guide
Le musée KaysonePhomvihane
Ce musée de construction récente retrace la vie de l’ancien président du pays, KaysonePhomvihane, décédé en 1992. Inauguré en 1995, il permet de suivre les pas de l’ancien dirigeant, porte-drapeau et idéologue de la révolution lao. La simplicité de l’homme et sa modestie transparaissent à travers le montage muséographique qui met notamment en valeur des photos et certains objets lui ayant appartenus. On peut vérifier cette impression à la visite de sa demeure, en face du musée. Au km 6 sur la route du sud.

 

>
Le Musée du Vat Sisaket
Situé en face du musée Ho Prakèo rue Setthathirath, il a les mêmes horaires d’ouverture et est fermé le lundi et les jours fériés. L’entrée est de 5000 kips pour les étrangers et de 2000 kips pour les lao. Ce vat est un paradoxe historique car il est à la fois le plus ancien et le plus récent temple de Vientiane. En effet, il ne fut construit que quelques années avant l’invasion de la ville par les siamois au début XIXe et fut le seul à ne pas être détruit par les envahisseurs. Les travaux de fondation du Vat Sisaket, initiés par Chao Anou, le dernier roi de Vientiane, également connu sous le nom d’Anouvong ; ont commencé très exactement le jeudi 4 1819.

>
Le Vat Xiengthong
Le Vat Xiengthong est un temple bouddhiste lao de l'ancienne capitale royale LuangPrabang. Fondé en 1560 par le roi Setthathirat du Lan Xang, il est généralement considéré comme le plus élégant du pays.L’entrée est de 10 000 kips pour les étrangers et c’est gratuite pour les lao.
Lorsque des Pavillons noirs pillèrent LuangPrabang en 1887, le Vat Xiengthong fut l'un des seuls temples épargnés, car leur chef y avait été bonze dans sa jeunesse.
Situé entre la Nam Khan et le Mékong, il est le centre d'un petit ensemble de bâtiments religieux, comprenant notamment un pavillon pour le char funéraire des anciens rois du Laos. Trèsfréquenté par les touristes, ilest encore en activité.

>
La cascade de Tad Kouang Si est un endroit agréable, situé à environ 30 km au sud-ouest de Luang Prabang. Les plus courageux traverseront la rivière pour continuer à grimper sur la droite des chutes, au travers de la forêt et de ses chants d'oiseaux. On peut même voir des ours en chemin ! Baignade autorisée tout en haut, ou tout en bas, dans les piscines naturelles. Les tarifs d'entrée sont de 10 000 kips pour les lao et 20 000 kips pour les touristes.

>
Le parc de Xiengkhouane. Connu sous le nom de Parc des Bouddhas , il se trouve aubord du Mékong à environ 25 km en aval de Vientiane. Ilréunit un ensemble de statues hindouistes et bouddhistesréalisées par Chan Leua dans les années 50. Les uvressont réalisées en béton armé, certaines d'entre ellesdépassent une longueur (voire une hauteur) de 10 mètres. Le Parc des Bouddhas, route de ThaDeua en direction dupont de l'amitié (frontière lao-thaïe) : ouvert tous les jours de 8 h00 à 18 h00.

>